Artikel

Les sept péchés capitaux du DP et déi Gréng

Schriftgröße fontsizedown
fontsizeup

E-mail

Drucken Drucken

Vergrößern

21/09/2011

1. L’augmentation massive des taxes communales

Pour mémoire : La coalition DP-déi Gréng a effectué dans 16 secteurs des augmentations parfois massives des prix des services communaux, de l’eau courante (presque doublé) et des ordures ménagères (plus que doublé) jusqu’aux foyers scolaires et aux repas sur roues.

Le KPL refuse ces augmentations et s’engage à ce que taxes et prix des services communaux soient socialement adaptés et facturés proportionnellement à la consommation, 7 mètres cubes eau par an et par personne devant être gratuits.

2. Plus de 18 ans d’école dans des conteneurs

Après 18 ans de DP et 12 de déi Gréng au Conseil municipal, les cours se font toujours dans des conteneurs, avec toutes les conséquences négatives qui en découlent, une situation inacceptable qui prouve que le DP et déi Gréng ont d’autres priorités qu’une bonne infrastructure scolaire.

Le KPL exige que les conteneurs soient remplacés par de vrais bâtiments, que le petit-déjeuner gratuit soit introduit et que tout le matériel scolaire soit gratuit.

3. Privatisation de la piscine d’Oberkorn

Une nouvelle piscine moderne à Oberkorn s’impose. Nous sommes d’accord. Mais le projet bâclé au Conseil municipal par le DP et déi Gréng est inacceptable.

Le DP et déi Gréng veulent financer le complexe «piscine et centre wellness» avec des fonds publics et le céder pour 25 ans à la firme française Vert Marine qui en tirera un grand profit. Ce serait plus rentable, prétend le Conseil, qui n’a ni fait d’évaluation sérieuse des frais, ni de comparaison entre gestion communale et privée.

Mais une chose est sûre : des emplois communaux bien rémunérés seront remplacés par des places précaires et mal rémunérées. Une augmentation des tarifs est d‘ailleurs probable, comme presque toujours en cas de privatisation.

Le KPL refuse la privatisation et s’engage pour que la commune gère elle-même le nouveau complexe piscine-wellness.

4. Privatisation du «Parc des sports»

Tout comme le complexe piscine-wellness, le projet «Parc des sports» à Oberkorn (3 terrains de foot et un parking) est une privatisation de services publics et une destruction d’emplois communaux. Malgré cela, au Conseil, le LSAP ne s’opposa pas au démontage social voulu par le DP et déi Gréng.

Une fois de plus, le Conseil municipal refusa la gestion communale des installations, et l’offrit au gros promoteur autrichien Strabag Sportstättenbau.

La section de Differdange du syndicat OGBL dénonça ces privatisations comme «dilapidation d’argent public et destruction d’emplois», la FGFC (syndicat communal) faisant un constat semblable.

Le KPL refuse catégoriquement cette politique de privatisation et s’engage à ce que le bradage des nouvelles installations sportives soit annulé et que cessent toutes les actions antisociales au niveau communal.

5. L’autorisation communale pour une ligne d’électricité nucléaire avec la France

La SOTEL (propriété d’ArcelorMittal) pose, dans la réserve naturelle classée «Natura 2000» entre Differdange et Belvaux, une ligne à haute tension devant rattacher le Luxembourg au réseau nucléaire EDF, afin que le milliardaire Mittal et autres capitalistes puissent faire plus de profits encore.

La pose de la ligne souterraine causa une trouée jusqu’à 12 m de large à travers les bois, au lieu des 6 m autorisés. Lorsque Greenpeace fit apparaître le défaut d’autorisation, le maire Meisch (DP) en sortit vite une de son chapeau, pendant que ses «amis» de déi Gréng n’ouïrent, ni virent, ni ne dirent rien.

Le KPL s’oppose à un raccordement au réseau français d’électricité nucléaire et s’engage à ce que la commune de Differdange en fasse de même, non seulement par des mots, mais dans les faits.

6. La pénurie de logements abordables augmente sans cesse

À Differdange il y a toujours plus de familles modestes qui ne peuvent pas acquérir un logement, ou qui n’arrivent pas à boucler leur fin de mois car spoliées par un loyer excessif.

Dix ans durant le conseil échevinal a ignoré cette situation et n’a pris aucune mesure sérieuse en faveur du logement, entraînant un manque croissant de logements abordables. En même temps, le nombre de maisons vides et de taudis à loyer abusif augmentent, ce qui ne semble pas déranger outre mesure les élus du DP et déi Gréng.

Le KPL luttera en faveur de logements abordables, ainsi que pour l’introduction de subsides locatifs couplés au revenu et pour la création, à ces fins, d’un office communal du logement.

­7. Échec de la politique de l’emploi : toujours plus de chômeurs

Le nouveau conseil échevinal 2006 trouva à Differdange 663 chômeurs. Cinq ans plus tard, ils sont 1.140. Le chômage des jeunes dépasse à Differdange celui de la plupart des communes. Une commune ne peut pas tout faire, mais où restent les initiatives du conseil échevinal pour attirer et diversifier les industries ? Les chiffres du STATEC sont clairs : non seulement le gouvernement a failli, mais le conseil échevinal de Differdange aussi.

Le KPL s’engage à tout faire pour implanter de nouvelles firmes industrielles à Differdange, et pour y développer les activités communales. En tant que responsables communaux, les communistes agiront contre le chômage des jeunes et ouvriront une grande jardinerie communale qui produira et commercialisera fruits et légumes bio.